Menu
menu

Bon. ça fait 20 piges que je tourne autour du pot, que je refuse de photographier le cul, non non non. La tendresse, l’amour et le plaisir ça m’emmerde (en photo hein, faut pas charrier). Mes envies de corps enchevêtrés sont claires et sans érotisations.  Mais maintenant, j’aimerais ne plus être si manichéenne. Et accepter que le corps peut être plein de choses à la fois.
C’est peut-être la maturité (on ne glousse pas), l’acceptation de l’atavisme (le cul, c’est dans les gênes), je sais pas trop mais quoi qu’il en soit, j’avance par petits pas avec ces corps entremêlés.